C’est l’histoire de trois copains qui griffonnent une idée commune sur des dessous de verre, un soir de 2014 autour d’une bière. L’idée qui les unit est celle de créer un « centre de production partagée ». Un lieu qui abriterait différents ateliers (bois, métaux, plastiques, tissus, électronique, etc.) équipés de matériels et machines professionnelles mutualisées. Des professionnels pourraient ainsi y démarrer leur activité sans faire de lourds investissements de départ. Et les amateurs viendraient découvrir, se faire la main et se former à des techniques et des machines, de nos jours de plus en plus éloignées du grand public. Cette idée ne reste pas en l’air et nos trois copains sont rapidement rejoints par une vingtaine de bénévoles qui se lancent dans l’aventure. En 2014, le lieu est trouvé dans le quartier Grüber de Strasbourg… y’a plus qu’à !

Pari tenu, l’aventure prend forme !

La Fabrique s’installe dans une ancienne brasserie industrielle. Avant tout, les fondateurs savent que les dix galeries doivent accueillir du public et donc prendre forme. Alors les six premiers mois demandent beaucoup d’efforts, il faut déblayer l’ensemble, le rendre propre pour y voir plus clair.

29425961_1579184568862163_7583453533201332946_n

Profitons-en pour faire une escale dans l’histoire singulière de cette brasserie. David Grüber est le premier en Alsace à avoir fabriqué de la bière de manière industrielle et commerciale. Sa brasserie strasbourgeoise a écoulé d’importantes quantités entre 1850 et 1950. Importantes au point que la gare de marchandise se situait quasiment à l’entrée de la brasserie afin de transporter la marchandise vers Paris. Pourtant, cet homme n’était pas vraiment destiné à devenir brasseur. Il a d’abord suivi des études de théologie pendant quatre ans, avant de perdre la foi et de se tourner vers les sciences. Il devient alors pharmacien et s’intéresse aux procédés de fermentation. Il crée ainsi sa propre bière. Ses affaires fonctionnent très bien, pendant de longues années, jusqu’à ce que la concurrence de la brasserie Fisher devienne trop rude et le pousse à arrêter son activité.

Les galeries qui abritent aujourd’hui La Fabrique, étaient à l’époque, les chambres froides de la brasserie. On y stockait la glace pour maintenir la bière à bonne température. Elles conservent d’ailleurs toujours leur 13°C toute l’année. Mais elles sont aussi source d’humidité. Ingénieux, les membres de La Fabrique ont alors une idée géniale pour maintenir le matériel à l’abri de l’humidité et éviter des travaux de rénovation du sol au plafond : ils construisent des cabanes à l’intérieur des galeries. Une cabane par an et par domaine d’activité.

12931297_933517390095554_5982466217337134044_n

Les quatre cabanes déjà sur pied, en plus d’une galerie dédiée au travail du métal, forment les ateliers de travail : matière souple pour la couture ; atelier bois sur 100 m² ; électronique-informatique avec imprimantes et petite électronique ; enfin une zone de stockage proposé à la location.

Ici, on apprend à faire. Professionnels et amateurs se croisent, échangent leurs savoirs et créent une émulsion d’idées. De nombreux projets ont été réalisés ou sont en cours de réalisation. Se croisent donc des membres usagers, des membres actifs et des membres résidents. Si les premiers cités viennent découvrir, apprendre, fabriquer, bidouiller, construire, rater, réussir et recommencer, alors les membres actifs sont eux ici pour les y accompagner s’ils le demandent et proposer de petites initiations et formations. Ces temps d’apprentissage par la pratique vont de la maîtrise d’une machine professionnelle au perfectionnement d’une technique spécifique, en passant par une assistance sur un projet précis. La gestion technique et administrative du lieu est également du ressort des membres actifs. Et enfin, des membres résidents ont un accès illimité aux locaux en échange d’un abonnement mensuel ou annuel, dégressif selon la durée.

34463097_1652414274872525_6344599258146013184_n

L’objectif à La Fabrique est de faire à son rythme, laisser parler ses idées, « ancrer une idée dans la réalité », donner vie à ses envies.

Tout le monde a accès à ces initiations, aux locaux et au matériel. Seule condition : participer aux frais en cotisant à l’association (10€ par an) et en payant en « tickets-sessions ». Cette monnaie locale spécifique à La Fabrique permet d’accéder aux activités et aux ateliers le temps d’une session, soit trois heures. Le ticket coûte 12€ à l’unité, ou bien 75€ par dix. Comme le dit François : « C’est moins cher qu’au ciné, et en plus, ici c’est toi qui fait le spectacle ! »

Une fourmilière associative dans Strasbourg

Très vite, La Fabrique est devenue plus qu’un atelier et un lieu convivial. Elle tient une place centrale dans l’activation du réseau local. Un riche réseau s’est formée autour de l’association, qui continue d’alimenter cet élan.

L’ensemble du matériel à disposition provient d’achats, de récup’ ou de dons. Certains collèges de la région ont fourni le matériel dont ils ne se servaient plus, tout comme des habitants, des professionnels ou encore des associations locales comme la Maison Mimir. Cette dernière, institution historique dans la ville, est un ancien squat autogéré transformé en espace social et culturel par ses membres bénévoles fondateurs et ceux arrivés au fil des années. Actuellement, tous s’activent à rénover la maison petit à petit, selon les moyens financiers disponibles. C’est d’ailleurs en la désencombrant pour laisser place aux travaux, que la Maison Mimir a fait don d’une machine à coudre à La Fabrique.

44838482_1850537338393550_1449362694292373504_n

Le réseau local se compose de nombreuses associations strasbourgeoises, et si toutes n’ont pas de matériel à donner, elles ont toutes à échanger. C’est en ce sens, que La Fabrique accueille certaines associations dans ses locaux. On y retrouve, par exemple, l’association Stick qui propose un atelier de réparation de vélo une fois par semaine.

Ce réseau est devenu, au fil du temps, une base solide d’entraide. En 2014, quand La Fabrique se lance dans le nettoyage de l’ancienne brasserie, elle fait appel à celui-ci. « Makers du Coeur » est le nom que les membres donnent à ce réseau. L’entraide mutuelle prend tout son sens. Chacun sait que les forces bénévoles d’un collectif vont et viennent, s’usent et se fatiguent parfois. Alors les « Makers du coeur » sont là pour venir appuyer et renforcer les rangs d’une équipe bénévole fatiguée, sur un projet donné et un temps défini. Les forces bénévoles des différentes associations membres apportent leur aide réunie sur une activité ou un chantier. Plus tard, quand la roue aura tourné, les associations qui ont aidé pourront se faire aider en retour. C’est un réseau informel d’associations copines et/ou partenaires qui se donnent un coup de main solidaire quand l’une d’entre elles en a besoin. Les prochains qui devraient bénéficier des « Makers du Coeur » pourraient être les membres de la Maison citoyenne, nouveau tiers-lieux citoyen du quartier en gentrification Neudorf qui souhaite mobiliser les habitants dans un espace de convivialité et de bureaux partagés.

Si vous êtes curieux d’en savoir plus sur La Fabrique et de découvrir ce monde souterrain rempli d’Histoire, laissez vous guider le jeudi par un membre de l’association car tous les jeudis soirs à partir de 18h30 – et aucun de ces rendez-vous n’a été raté ou annulé en quatre ans – une visite guidée est proposée… et quand il fait froid les discussions se poursuivent autour d’un braséro.

Pour plus d’infos :
La Fabrique
Maison Mimir
Maison Citoyenne

Suivez nous sur Facebook ! https://www.facebook.com/cestpasdesideesenlair/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s