Sur les routes, il y a des villages que l’on ne fait que traverser, que tout le monde ne fait que traverser. On y devine une vie de petit village, ses anciens et leurs habitudes, ses quelques commerces, ses couples de néo-ruraux fraîchement arrivés, bref, tout ce qui fait la vie d’un village. Dans le Gard, Arre en fait partie. Mais nous ignorons toujours l’Histoire de ces villages, ce qu’ils ont été, ce qu’il s’y est passé. Des aventures industrielles, paysannes, ou politiques ont parfois marqué ces territoires, sans crier gare à ceux le traversant aujourd’hui. Arre en fait également partie. Certains n’ont pas abandonné cette Histoire, et un sursaut citoyen tente d’en écrire une nouvelle page, sans oublier, ni glorifier, ni fermer les yeux sur le passé. Arre est encore de ceux-là.

Usine à vendre !

Depuis plus de trois siècles, Arre n’a jamais compté plus de 700 habitants. C’est un petit village, qui l’a toujours été. Petit, mais non moins actif ! Pendant plus de deux siècles, une industrie a constitué le poumon économique d’un territoire allant bien au-delà du village. Jusqu’à 1300 personnes au plus fort de l’activité ont travaillé dans les usines d’Arre. Fleuron d’une époque industrielle aujourd’hui révolue, ces usines fabriquaient entre autres les bas de la marque « Lys ». L’aventure familiale et régionale a pris fin en 2007, laissant alors l’usine vacante de toute vie et toute activité. Les 5000 m² au total sont laissés plus ou moins à l’abandon dans un premier temps, puis vendus aux enchères, avant que le nouvel acquéreur ne s’en débarrasse pour une bouchée de pain. 40 000 € plus tard, Martin et son associé sont propriétaires de l’ensemble des bâtiments. Ils étaient au bon endroit au bon moment, le bien leur appartient désormais !

12790899_615908675227313_7038791728441678068_n

Après avoir vendu sans spéculation différentes parcelles, Martin se concentre avec Samantha sur l’occupation, la rénovation, et l’animation de la moitié du bâtiment principal, donnant sur la Route Nationale si passante. Le jeune couple fourmille d’idées sur ce que pourrait accueillir cet espace de 900 m². Ils se constituent alors en association, La Mainlèv’, afin d’enrichir à la fois la réflexion sur le projet, et la main d’œuvre pour rénover ce bâtiment qui était en train de tomber en ruines. Ce n’était pas une idée en l’air !

Un projet de territoire

Déjà des idées fusent dans la tête de Samantha, Martin et les premiers adhérents de l’association. Ils imaginent la fonction que pourraient prendre chaque partie du bâtiment : un espace jeune public qui pourrait se tourner vers l’éducation populaire et les arts manuels ; une cuisine collective de transformation de fruits et légumes issus de leur grand potager ou des producteurs voisins ; un hall d’expo ; un étage dédié au travail partagé ; des caves promises à de folles soirées musicales ; etc. Mais ce qui leur tient à cœur avant tout, c’est de faire de la Mainlev’, un lieu des possibles où chacun peut apprendre, apporter ses idées, découvrir la vie associative et collective, prendre des conseils, être accompagné dans son propre projet.

Le bâtiment veut être au service du territoire, permettant à chaque acteur local de s’en saisir, de participer à son évolution et mobiliser ses différents espaces. Arre qui a perdu récemment son dernier bar de village, pourrait alors retrouver cette vie locale grâce à la Mainlev’ où les habitants pourraient s’y retrouver, discuter, et participer à des moments communs… On peut aussi imaginer les écoles environnantes, en manque d’espaces de loisirs, passer des journées pédagogiques dans l’ancienne usine.

Cette volonté d’offrir au territoire un espace de partage prend une dimension symbolique dans la première action sur laquelle se penche la Mainlev’. En partenariat avec d’autres acteurs locaux, et accompagnés des anciens ouvriers de l’usine, ils préparent une exposition relatant l’Histoire de la famille Brun, des activités de l’usine quand elle fonctionnait encore et surtout de la vie de ses ouvriers. En mémoire du passé, la Mainlev’ travaille avec les habitants du village pour recueillir témoignages et photos de cette époque que chacun se fait un devoir de ne pas oublier.

Et q’ça bosse !

A cette heure, l’usine et ses murs défraîchis, ont besoin d’un bon coup de neuf. C’est évidemment en conservant l’esprit industriel et l’histoire des murs que les travaux ont commencé il y a trois ans environ. La Mainlev’ procède par étape. Mise aux normes, travaux dans les règles, respect des consignes de sécurité, sont autant de casse-têtes auxquels la Mainlev’ se frotte tous les étés en vue de la mise au norme ERP (Etablissement recevant du public) du bâtiment.

20108504_886256661525845_601713060913685231_n

C’est donc dans cette ambiance de chantier que Samantha et Martin racontent avec passion les plans du lieu et la future fonction de chaque espace. Le cœur à l’ouvrage et les yeux pétillants, on les suit sans difficulté et on croit à la suite de l’histoire de cette usine.

En hiver, c’est auprès du poêle que l’on discute de l’association et des projets qui l’animent. Mais on imagine facilement l’effervescence en plein été quand les chantiers participatifs battent leur plein, que disqueuse, marteaux et camion benne entrent en scène. Jeunes et moins jeunes, expérimentés ou novices venant des quatre coins du globe sont accueillis par l’association via les plateformes Twiza et Workaway. Dans la bonne humeur et l’esprit bosseur, les travaux avancent. Prochaine étape : le toit et sa charpente, ainsi que les finitions des premiers espaces.

Déjà salariée depuis 2016, Samantha s’épaule de personnes en service civique. La saison à venir, l’association accueillera deux volontaires qui auront en charge l’animation de la vie de groupe des chantiers participatifs, ainsi que l’organisation de quelques événements. Pas de quoi s’ennuyer pour les deux prochaines recrues ! A la fois innovante et profondément ancrée dans l’ère du temps, la Mainlèv’ constitue tant un défi pour ses instigateurs qu’un besoin pour son territoire.

 

Pour plus d’infos : http://lamainlev.org

ou https://www.facebook.com/lamainlev/https://www.facebook.com/lamainlev/

 

Suivez nous aussi sur Facebook : https://www.facebook.com/cestpasdesideesenlair/

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s