260 ! C’est le nombre de clubs CIGALES qui couvrent le territoire français aujourd’hui. Après 34 ans d’expérience, ce mouvement d’épargne citoyenne et solidaire n’est pourtant pas toujours très bien connu. Pour faire court, les clubs CIGALES sont des groupes de personnes qui mettent leur épargne en commun, même une toute petite épargne, dans le but de financer un projet sur leur territoire qui leur tient à cœur collectivement. Lors d’une réunion d’information à Bordeaux, organisée par l’association régionale des CIGALES de Nouvelle-Aquitaine, nous avons pu connaître ce mouvement en détail. Allons voir de plus près… 

Ce que je peux, ce que je veux !

Au sein des CIGALES, pour Club d’Investisseurs pour une Gestion Alternative et Locale de l’Epargne Solidaire, chacun participe à l’épargne collective selon ses moyens et son envie. Les contributions vont de 10 à 50€ par mois, avec une moyenne de 30€ et un minimum de 7,5€.

En plus de choisir la somme, les 10 à 15 membres peuvent choisir de la fréquence de leur épargne par mois, trimestre, semestre ou année.

Ainsi, le club réunit 3000 à 5000€ par an. Cette somme est alors investie dans un projet choisi. Le projet bénéficie une seule fois de la somme. Une CIGALES, en tant que club d’investissement, a une limite d’investissements prévue par la loi. Elle ne peut pas engager plus de 5400€ dans un projet.

Chaque année la CIGALES trouve un nouveau projet pour lequel épargner. Il arrive que plusieurs CIGALES co-financent un même projet. Un projet a d’ailleurs pu bénéficier de 26 000€ grâce à la collaboration d’au moins cinq clubs.

Une épargne, pas un don !

La durée de vie d’une CIGALES, tel l’insecte, est relativement éphémère. Le groupe disparaît au bout de 5 ans, certains membres volent vers d’autres horizons, ou bien tous donnent vie à un nouveau club.

Cinq ans après l’apport financier donc, la CIGALES désinvestit. Cela signifie que l’argent lui est rendu, et qu’il est redistribué à chaque cigalière et cigalier, proportionnellement à son épargne initiale. Pour cela, une convention avait été signée entre le porteur de projet et la CIGALES épargnante pour fixer les règles dès le début.

Cependant, il ne faut pas oublier que l’épargne solidaire s’entent comme un capital-risque induisant que l’épargne engagée peut être récupérée, ou pas. L’accompagnement du porteur de projet prend alors tout son sens et peut permettre de diminuer le risque.

La CIGALES, c’est aussi une vie de groupe

Si les CIGALES sont des clubs d’investisseurs, on n’y parle pas uniquement argent. L’âme du groupe résonne aussi dans l’esprit de convivialité qui se crée en son sein. Les membres se retrouvent une fois par mois pour discuter de leur activité et de celle du projet qu’ils suivent. Tous ont alors plaisir à décrire cet espace de rencontre, d’échange, de transmission d’expérience et de compétences. En effet, si aucune compétence n’est requise pour intégrer un club, chacun possède en lui des compétences qu’il pourra partager. Beaucoup parlent également de la mixité du groupe. Toutes les générations et tous les profils se retrouvent dans ce mouvement. C’est une de ses forces.

En plus de cet esprit solidaire, les CIGALES témoignent d’une envie de participer à l’économie selon leurs propres choix, en étant eux-mêmes décisionnaires.  A la banque, on ne sait jamais vraiment comment est utilisé notre argent, la voie vers laquelle il est investi. Depuis son origine, le mouvement regroupe des personnes qui décident de donner un sens à leur épargne en le sortant des banques pour l’investir dans des projets pour lesquels ils trouvent un vrai sens. Ils savent exactement pour quel projet profite leur argent, ils ont choisi celui-ci et accompagne son évolution.

« C’est une gestion alternative de son épargne, c’est très riche et très créatif », Charlotte Niewiadowski de « Bicyclaire »

Le local avant tout

Les projets financés sont choisis librement par le club. Chaque CIGALES détermine collectivement et en toute autonomie les critères de sélection d’un projet, tant qu’il a un impact social, environnemental et/ou culturel sur son territoire. Dans ces critères, apparaît notamment le périmètre qui avoisine souvent 30kms.

Le temps de constituer un groupe d’épargnants solidaires, éventuellement de fixer quelques règles, de commencer à bien se connaître, et de constituer une épargne assez conséquente, il est fréquent que le premier choix de projet arrive au bout d’un an.

Le financement prend la forme, soit d’une entrée au capital pour une SARL, SA, SCOP, etc., soit d’un apport financier avec droit de reprise pour une association.

Bien plus que de l’argent pour le projet

Dans le groupe, un ou deux référents sont en contact direct avec le porteur de projet. Ce sont eux qui rapportent au collectif l’avancée du projet, ses réussites et ses difficultés, etc.

Effectivement, le porteur de projet ne reçoit pas uniquement d’une CIGALES un apport financier, il est accompagné au maximum dans sa création. Il profite d’un soutien moral, d’une écoute, de conseils, d’un nouveau réseau, et d’un apport logistique car les membres du club peuvent apporter leurs compétences en comptabilité, en gestion, etc. Il se sent alors soutenu et beaucoup moins seul.

« On a senti qu’on n’était plus deux, mais 42 », Cécile Sauthier du projet « Alizarine »

Une réelle relation de partage et de solidarité s’instaure entre l’ensemble des parties prenantes. Les CIGALES n’hésitent pas à partager leurs informations concernant d’autres pistes de financement qui pourraient aider les porteurs de projet.

Et ce groupe, ce collectif qui avance dans le même sens permet aussi de gagner plus facilement la confiance des banques pour des demandes de prêt, par exemple. C’est ce qu’il s’est passé pour l’EARL « Autour des Plantes ».

« L’aide des CIGALES dans notre capital social a rassuré les banques pour nous faire un prêt bancaire », Sylvain Quet du projet « Autour des Plantes »

Pour se faire connaître des cigalières et cigaliers, les porteurs de projet peuvent déposer leur dossier via le site des CIGALES de sa propre région, ou par le bouche-à-oreille en discutant avec des membres ou futurs membres de clubs.

34 ans, on disait…

En effet, l’Agence de Liaison pour le Développement de l’Économie Alternative (ALDEA) est née au début des années 1980. Dans un esprit militant, elle visait clairement à développer des pratiques permettant à chaque citoyen de gérer son épargne et par la même d’avoir un vrai poids dans l’économie, particulièrement sur son territoire. Le Club CIGALES est donc devenu un outil pour réaliser ce dessein.

Symboliquement, le premier club CIGALES naît le 14 juillet 1983 : la Cigale du Château d’Eau à Paris. Le développement d’un réseau de CIGALES est assez lent et le mouvement prendra réellement son essor en 1985 suite à un travail de développement soutenu.

Mais à la fin des années 1980, l’ALDEA et le mouvement des CIGALES se séparent. La Fédération nationale des CIGALES s’en suivra.

Le mouvement continue de se développer, étant descendu à 60 CIGALES en France au plus mal de son histoire, elle connaît aujourd’hui de meilleurs jours avec 260 clubs ! Afin de les fédérer et promouvoir le mouvement, un travail a été mené ces dernières années pour créer des association régionales de CIGALES.

 

Si redonner du sens à votre épargne, rencontrer des gens, accompagner un porteur de projet vous donne envie et vous intéresse, il vous suffit de transmettre vos coordonnées à une CIGALES ou à l’association de votre région. Vous serez ensuite invités à une réunion d’information, sésame pour une première approche du mouvement. Et contrairement à ce que dit la fable, CIGALES et fourmis peuvent collaborer pour un été chantant ! Alors chantons ensemble maintenant !

Pour en savoir plus : http://cigales.asso.fr/
http://www.cigalespoitoucharentes.org/

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s